Lutte contre la Solitude

La Société de Saint Vincent de Paul est un mouvement caritatif international. Ses 800 000 membres répartis dans 148 pays dans le monde, ont à cœur de servir les démunis par charité et au nom de leurs convictions.

En France, les 17000 bénévoles qui la composent par engagement chrétien, luttent contre la pauvreté sous toutes ses formes et les multiples conséquences de celles-ci, nées, de plus en plus souvent, de la solitude.

Ainsi, ils s’engagent en visitant, accueillant et accompagnant les personnes défavorisées, dans un esprit de charité que leur a proposé, voici 182 ans, le Bienheureux Frédéric Ozanam

Nos fondateurs, aidés par la Bienheureuse sœur Rosalie Rendu, Fille de la Charité, se sont placés sous la protection de Saint Vincent de Paul, car ce dernier fut le premier au début du XVIIème siècle a instaurer la visite à domicile. A cette période, les catholiques recevaient les indigents dans des bâtiments de culte ou dans des dispensaires, léproseries, orphelinats ou autres lieux, créés par l’Église. Les personnes en difficulté devaient se déplacer. Saint Vincent de Paul prôna la visite à domicile, pour bien connaître les conditions de vie des personnes aidées.
Comme elle le fait depuis son origine, la Société de Saint Vincent de Paul va, par cette action, au-devant des personnes isolées. Elle a aujourd’hui toute sa raison d’être et sa pleine efficacité dans un monde où chacun s’observe plus qu’il ne se parle, et se méfie de tout, à commencer par les pauvres, en effet, c’est à la rencontre de l’homme – au temps qu’on lui consacre, à l’écoute qu’on lui accorde, au partage vécu dans son lieu de vie – que l’on découvre la solitude vraie de chacun. Elle ronge, use, abime ou enferme. C’est elle que l’on doit s’efforcer d’éradiquer dans un élan collectif et partagé.

Seul un dialogue peut permettre de mieux retrouver le sens de l’humain.
Dans cet esprit, rien ne peut, aujourd’hui, remplacer la visite à domicile, ce qu’elle permet et ce qu’elle favorise. C’est notre première mission et la plus importante.
Dans un monde où la misère a si violemment changé, le retour à des gestes simples mais forts de signification humaine dans la proximité, permet de penser que tout changement est possible.

La lutte contre la solitude passe d’abord par la réelle approche de tout être en difficulté à qui on peut offrir, par une visite, la joie d’une tendresse fraternelle.
En France, des dizaines de milliers de personnes isolées sont visitées chez elles chaque semaine par des Confrères.

On n’entend pas la solitude. Elle est silencieuse, cachée, tapie au fond de la personne qui n’existe plus aux yeux des autres. C’est précisément parce qu’on ne la voit pas, qu’elle est souvent perfide et dangereuse, qu’elle disparait de nos consciences et tombe dans l’oubli, parce que ceux qui la subisse se cachent. Il faut une grande dose de courage pour s’avouer seul.

Il faut aussi faire preuve de beaucoup de modestie pour rencontrer celui qui, parfois, n’attend plus rien quand il arrive au bout du rouleau, à l’extrême limite du supportable.
N’ayons pas peur d’aller rencontrer chez eux nos frères et sœurs en Jésus Christ.



© 2017 Paroisse catholique Saint Jean-Baptiste du Lez — Réalisé avec SPIP — Contacter : Le webmaster , la Paroisse

Plan du site Suivre la vie du site HAUT

- mis à jour le : vendredi 20 avril 2018 -