Accueil > Servir > En étant solidaire > C.C.F.D

C.C.F.D

Agir pour plus de solidarité

805 millions de personnes souffrent encore de la faim au XXIème siècle, soit 1 personne sur 9 ! Alors que les changements climatiques risquent d’accentuer encore cette crise humanitaire profonde, le CCFD-Terre Solidaire et ses 400 partenaires s’engagent plus que jamais.

Le CCFD-Terre Solidaire est au côté des femmes et des hommes qui se lèvent et inventent des solutions concrètes pour lutter contre la faim. Il n’intervient jamais sur des projets élaborés de l’extérieur mais sur des programmes définis par le partenaire, en prise directe sur les situations locales ; programmes qui s’inscrivent dans la durée.

« Nous avons besoin de grandir dans une solidarité qui doit permettre à tous les peuples de devenir eux-mêmes les artisans de leur destin, de même que chaque homme est appelé à se développer ».

(La joie de l’Évangile, p113)

Là-bas → Agir pour le développement

Le CCFD soutien des projets locaux implicants des acteurs locauxavec lesquels il entretient des relations de long terme afin de construire ensemble une vision de développement.

Ici → promouvoir la solidarité

Le CCFD méne un travail d’éducation au développement afin de sensibiliser l’opinion aux réalités internationales et à la nécéssité de la solidarité internationale.


PAR LE PARTAGE ..
FAISONS ENSEMBLE GAGNER L’ESPÉRANCE

Pour rejoindre le CCFD ou participer à une de leurs actions contacter le délégué de la paroisse ou la délégation de l’Hérault.

Délégation CCFD de l’Hérault
Permanence : lundi-mardi-jeudi-vendredi 9h15 à 11h45
PAROISSE STE THERESE 42 AVENUE D’ASSAS 34000 MONTPELLIER
téléphone : 04 67 60 55 48

Municipalités solidaires et accueillantes, 10 exemples de politiques alternatives

Le livret "Municipalités Solidaires, 10 exemples de politiques alternatives" rassemble des exemples, illustrés par des actions concrètes, de politiques municipales d'accueil, d'hospitalité et d'intégration mises en œuvre par des villes en France, en Europe et en Amérique.
Cet outil a été conçu à destination des élus, mais également des acteurs associatifs et citoyens qui souhaitent les interpeller s et leur fournir des exemples concrets.

C'est à l'échelle locale que se vivent les conséquences directes des politiques migratoires nationales ou régionales sur la vie des personnes migrantes.

Avec des compétences sectorielles qui peuvent être mobilisées pour un accueil digne des personnes migrantes (sur la santé et la sécurité, le logement, l'aide et l'accompagnement médico-social, l'éducation ou encore la culture), les municipalités ont cependant réussi à initier des politiques locales volontaristes en faveur d'un accueil des personnes migrantes.

Découvrez les actions innovantes de 10 municipalités :

Brochure : Municipalités solidaires et accueillantes, 10 exemples de politiques alternatives
Brochure Municipalités solidaires et accueillantes, 10 exemples de politiques alternatives

Offre d'emploi : Accompagnateur administratif et financier des régions Centre val de Loire, Poitou-Charentes et Limousin-Auvergne (F/H)

Le CCFD-Terre Solidaire soutient chaque année près de 700 projets d'associations partenaires au Sud, sur quatre continents, au sein de relations pérennes.

Soutenir des actions locales dans les pays du Sud, sensibiliser l'opinion française à la solidarité internationale, agir sur les politiques par le plaidoyer pour s'attaquer aux causes profondes de la pauvreté sont les trois leviers d'actions complémentaires de notre association.

Fort de l'engagement de plus de 15 000 bénévoles, le CCFD-Terre Solidaire est aujourd'hui la première ONG française de développement et de solidarité.

Un poste d'accompagnateur.trice administratif.ve et financier.ière sur les 3 régions citées en titre est à pourvoir en contrat à durée indéterminée au sein de la Direction de la Mobilisation Citoyenne du CCFD-Terre Solidaire.

MISSION
Il/elle contribue au renforcement et au développement du bénévolat par un appui et un accompagnement technique du réseau de bénévoles des 3 régions sur deux volets principaux : administratif/comptable/financier et collecte/développement des ressources.
Dans ce cadre, il/elle travaille en lien étroit avec la Direction Administrative et Financière et la Direction du Développement des Générosités.
Rattaché.e au responsable de Service des 3 régions, il/elle travaille en lien avec quatre chargé.es de développement associatif et une chargée de mission sur le territoire du service et les délégations diocésaines. Il contribue à une dynamique « métier » au niveau national.

ACTIVITES PRINCIPALES
Assurer un appui technique auprès des bénévoles en charge du volet administratif, comptable et financier

  • Assurer le support de premier niveau sur le logiciel comptable (conseil, dépannage, réponse aux questions)
  • Prévenir les risques en assurant un contrôle trimestriel du respect des procédures comptables, administratives et financières à partir de l'outil de diagnostic
  • Accompagner les trésoriers pour traduire le plan d'action en déclinaison financière (budget, etc.)

Assurer un appui technique auprès des bénévoles sur le volet collecte et développement des ressources

  • Assurer le support de premier niveau sur le logiciel d'enregistrement des dons (conseil, dépannage, réponse aux questions)
  • Participer à l'analyse de la base de données donateurs afin d'en intégrer les enseignements dans l'animation des territoires
  • Contribuer à la mobilisation des ressources lors des événements dans les territoires ; les différentes actions d'ECSI, les campagnes (carême, mobilisation)
  • Accompagner la mise en œuvre opérationnelle de la stratégie de diversification des ressources au niveau diocésain et régional
  • Assurer une veille sur les opportunités de financements institutionnels territoriaux et faciliter les reportings.

Impulser une réflexion et expérimenter avec les bénévoles en responsabilité une organisation interdiocésaine et/ou régionale sur les deux volets (administratif/comptable/financier et collecte/développement des ressources)

S'assurer de la bonne utilisation des bases de données

  • Faciliter la mise en place de la nouvelle base de données (bénévoles, donateurs)
  • Promouvoir une utilisation optimale de la base de données bénévole et mettre en œuvre une organisation qui permette une mise à jour systématique

Participer à la recherche de bénévoles et au renforcement de leurs capacités

  • Recruter et/ou participer au recrutement des bénévoles
  • Faciliter/accompagner la prise de responsabilité des bénévoles référents

Activités secondaires sur le volet logistique et communication

  • Faciliter le traitement de l'information tant au niveau interne (fichiers et listings) qu'externe (outils et supports de communication)
  • Promouvoir la plateforme collaborative interne La Place
  • Participer au montage des réunions et événements régionaux sur la logistique des rencontres, la gestion des événements et du budget, la communication
  • Stimuler la réflexion autour de l'accueil de publics : animer une réflexion/formation sur l'accueil, les locaux et les permanences sur les territoires
  • Conseiller et soutenir l'organisation des tâches administratives (commande, prestataires, livraisons, gestion des stocks)

PROFIL ATTENDU

  • Intérêt pour le projet associatif du CCFD-Terre Solidaire
  • Connaissances de base en gestion comptable et financière
  • Expérience de travail sur un logiciel comptable et sur une base de données
  • Expérience en relation avec des bénévoles
  • Sens de l'organisation
  • Esprit d'initiative et autonomie
  • Aisance relationnelle, écoute et capacité d'adaptation à des interlocuteurs multiples
  • Maîtrise des outils bureautiques (Pack Office)
  • Une connaissance du tissu ecclésial serait un plus

Le poste requiert :

  • D'être domicilié(e) à proximité de Poitiers
  • D'être titulaire du permis de conduire
  • Une disponibilité pour des déplacements fréquents en présentiel, et à distance sur son périmètre d'activité
  • Une disponibilité pour travailler certains week-ends (environ 6 par an) et occasionnel en soirée

CONTRAT ET REMUNERATION

Ce poste est basé à Poitiers dans les locaux du CCFD-Terre Solidaire

Il s'agit d'un poste en contrat à durée indéterminée à temps plein (sur la base d'un forfait heure de 1598,20 heures de travail par an). Le poste est à pourvoir le plus tôt possible.

Rémunération brute : 30k€uros sur 13 mois. Statut employé. Mutuelle. Titres repas.

Les candidatures sont à adresser dès que possible et au plus tard le 2 janvier 2020 sous la référence 805, par courriel uniquement à : ccfd-335451@cvmail.com

Le CCFD-Terre Solidaire se garde le droit d'entériner le processus avant la date indiquée. Toute personne envoyant un dossier de candidature recevra une réponse, merci de ne pas appeler.


Offre d'emploi : Gestionnaire paie et administration du personnel (F/H)

Acteur historique du changement dans plus de 60 pays, le CCFD-Terre Solidaire agit contre toutes les formes d'injustices. Nous œuvrons pour que chacun voit ses droits fondamentaux respectés : manger à sa faim, vivre dignement de son travail, habiter dans un environnement sain, choisir là où construire sa vie…
Un monde plus juste et plus fraternel est déjà en action, car chacun porte en lui une force de changement. Notre engagement pour plus de justice et de solidarité prend racine dans l'Évangile et la pensée sociale de l'Église. Par notre action individuelle et collective, nous proposons et soutenons des solutions politiques et de terrain.

+ de 500 organisations partenaires
681 projets internationaux dans 69 pays
15 000 bénévoles
2,5 millions de bénéficiaires

Un poste de gestionnaire de paie et administration du personnel (H/F) est à pourvoir en contrat à durée indéterminée au sein de la Direction des Ressources Humaines du CCFD-Terre Solidaire.

MISSION
Sous la responsabilité de la responsable du pôle paie et administration du personnel, en relation étroite avec l'équipe de la Direction des Ressources Humaines, il/elle prend en charge la gestion d'éléments de la paie et participe à l'administration du personnel.

ACTIVITES PRINCIPALES
Appuyer la responsable pôle paie et ADP dans l'élaboration des paies mensuelles et les charges sociales sur un périmètre dédié
- Recueillir, calculer, saisir et vérifier les éléments fixes et variables de la paie sur le périmètre dédié
- Calculer et établir les soldes de tout compte, attestations Pôle Emploi et certificats de travail
- Etablir des déclarations mensuelles, trimestrielles et annuelles ;
- Actualiser régulièrement ses connaissances en matière d'obligations légales appliquées à la paie
- Assurer le back-up de la responsable en son absence

Participer à la coordination de la gestion administrative du personnel
- Préparer les documents règlementaires liés à la gestion du personnel (contrats de travail, déclaration d'embauche, avenants, ...)
- Accueillir et informer les nouveaux salarié.es à leur arrivée
- Assurer le suivi des périodes d'essai
- Gérer les titres-repas
- Gérer les affiliations/radiations à la mutuelle
- Participer aux activités diverses de gestion du temps de travail et aux formalités administratives liées à la gestion du personnel
- Gérer les déclarations d'accident du travail et les dossiers de prévoyance.

Participer à différentes études pour la DRH
- Suivi des tableaux de bord de la DRH
- Etudes diverses (absentéisme, turnover…)
- Répondre aux enquêtes (DARES…)
- Alimenter la BDES et participer à l'élaboration du bilan social

Autres activités
- Assurer un dialogue régulier avec les salariés de l'Association
- Participer occasionnellement à des groupes de travail transversaux
- Participer aux réflexions liées aux exigences de la Direction (réunions DRH, plans d'actions).

PROFIL ATTENDU

- Adhésion au projet associatif du CCFD-Terre Solidaire
- Première expérience en tant que salarié.e ou alternant.e en paie et administration du personnel
- Devoir de réserve et sens de la confidentialité
- Sens de l'organisation et de la planification d'activités
- Etre à l'aise dans sa communication écrite et orale
- Maîtrise des outils bureautiques (Pack Office) et numériques en particulier Excel

Seraient un plus :
- La connaissance des logiciels Horoquartz et CEGID
- Une expérience dans le milieu associatif

CONTRAT

Ce poste est basé à Paris au siège de l'Association.
Il s'agit d'un poste en contrat à durée indéterminée à temps plein (sur la base d'un forfait annuel de 205 jours de travail).
Le poste est à pourvoir début janvier 2020.

Rémunération brute annuelle 31.7k€ (sur 13 mois). Statut cadre. Mutuelle. Titres restaurant dématérialisés.

Les candidatures sont à adresser dès que possible jusqu'au 02/01/2020 sous la référence 804, par courriel à : ccfd-400695@cvmail.com

Le CCFD-Terre Solidaire se garde le droit d'entériner le processus avant la date indiquée. Toute personne envoyant un dossier de candidature recevra une réponse, merci de ne pas appeler.


COP 25 : 10 idées pour faire évoluer nos politiques agricoles

Au sein des négociations internationales pour le climat, l'agriculture a longtemps été mise de côté : les émissions liées à ce secteur étaient considérées comme irréductibles ou trop difficiles à atténuer. Il a fallu attendre la COP 23 pour que le sujet bénéficie d'un programme de travail dans les négociations.
A l'heure de la COP 25, voici quelques idées à avoir en tête pour faire évoluer nos politiques agricoles et alimentaires.

1. Nos systèmes agricoles et alimentaires sont responsables de plus d'un tiers des émissions de gaz à effet de serre mondiaux

Pour en savoir plus retrouvez notre infographie Climat : pourquoi faut-il changer notre système agricole et alimentaire

2. Ce n'est pas l'agriculture, mais l'agro-industrie qui pose problème

Non ce ne sont pas toutes les agricultures qui ont des conséquences majeures pour le climat et la biodiversité comme on le voit souvent écrit. Les émissions de gaz à effet de serre sont essentiellement dues à l'agriculture industrielle et intensive qui repose sur des systèmes alimentaires et des marchés mondialisés.

Par exemple, exporter en Chine du porc européen nourri au soja brésilien, soja qui contribue à la déforestation amazonienne et à l'expropriation de ses habitants, le tout au prix d'émissions de gaz à effets de serre faramineuses…

3. Relocaliser nos systèmes agricoles et alimentaires pour réduire les émissions

Produire et manger local, c'est évidemment éviter les émissions de CO2 liés aux transports internationaux. Mais la relocalisation de nos systèmes agricoles est aussi une manière de lutter contre les monocultures dévastatrices pour l'environnement et la biodiversité.

Alors, pourquoi ne pas passer un bon moment en découvrant le producteur de pommes ou la productrice de fromage proches de chez vous ? Ou faire pousser quelques légumes dans votre jardin ? Ou s'inscrire à une Amap ?

Lire aussi : Des potagers en permaculture dans toutes les écoles ? Le choix pionnier du Timor Leste

4. L'agroécologie est une solution pour réduire l'impact environnemental de l'agriculture et l'insécurité alimentaire

Non ce n'est pas un fantasme de bobo.
Nombreux sont les organismes internationaux, comme le GIEC et l'IPBES, qui préconisent le développement de l'agroécologie pour réduire drastiquement les impacts environnementaux de l'agriculture et mettre fin à l'insécurité alimentaire.
Les bénéfices de cette approche sont nombreux, pour l'environnement et la biodiversité (amélioration de la productivité, diversification des cultures, restauration des écosystèmes, gestion durable et concertée des ressources naturelles…).

Et au Burundi, ce n'est pas Gloriosa qui dira le contraire : Au Burundi, l'agroécologie, nouvel horizon pour le monde paysan

5. Mettre fin au gaspillage agricole et alimentaire

Selon le GIEC, le gaspillage agricole et alimentaire représente aujourd'hui 1/3 de la production agricole et 10% de nos émissions de gaz à effets de serre.

On entend souvent qu'il faut produire plus pour nourrir une population grandissante : c'est faux ! Les chiffres du gaspillage montre que le problème de la faim et de l'insécurité alimentaire est avant tout un problème de répartition et d'organisation de nos systèmes alimentaires, et non de production.

6. Faire évoluer nos régimes alimentaires

L'évolution de nos régimes alimentaires vers une baisse de la consommation de produits animaux, et l'augmentation de l'alimentation végétale présente 3 avantages majeurs :

  • une meilleure santé pour les êtres humains
  • une baisse des gaz à effets de serre (et pas seulement le dioxyde de carbone)
  • la libération de plusieurs millions de km2 de terre (selon le rapport du GIEC).

Alors zou, pourquoi manger une viande de mauvaise qualité qui a un impact majeur sur notre environnement ? On réduit sa consommation, et on s'assure que celle que l'on mange est produite localement et sans soja importé.

Et si on ne voit pas le rapport avec le soja, on lit ce portrait paru dans La Croix de Elida Gimenez, expulsée deux fois de sa terre au Paraguay

7. Les projets de compensation carbone ne seront jamais aussi efficaces qu'une réduction effective des gaz à effet de serre.

Face à l'urgence climatique, la tentation est grande de privilégier les mécanismes de compensation de nos émissions de gaz à effets de serre.
Une idée est particulièrement en vogue : la séquestration du carbone dans les sols.

Pourtant, ces pratiques peuvent représenter un leurre.

Or le rapport du GIEC le souligne : les capacités d'absorption additionnelle du carbone dans les sols sont faibles et rendues incertaines par la crise climatique.

8. Les projets de compensation carbone risquent de générer une compétition pour les terres

Cette compétition aurait pour conséquence de :
- se faire au détriment de l'agriculture familiale

- contribuer au déclin des surfaces agricoles

- de mettre en danger la sécurité alimentaire des populations paysannes.

Pour en savoir plus voir notre rapport "Nos terres valent plus que du carbone"

9. Alerte pour la COP 25 : le secteur des terres doit rester en dehors des mécanismes de compensation carbone

Les règles d'application de l'Accord de Paris ont été adoptées lors de la COP24, à l'exception de l'article 6 qui traite des marchés et des mécanismes de compensation carbone. Cet article doit être discuté et adopté lors de la COP25.

Lors des négociations, le risque est fort que le secteur des terres soit intégré, ce qui aggraverait les risques de ruée massive vers les terres, et donc d'accaparement de terres.

Nous souhaitons que le secteur des terres puisse être soutenu financièrement mais uniquement à travers des approches non-marchandes (art. 6.8), et nous lutterons pour qu'il reste hors des marchés et mécanismes de compensation carbone de l'Accord de Paris.

10. Remettre les communautés locales au cœur des décisions politiques

Le mécanisme de compensation REDD+ par exemple, censé empêcher la déforestation, tend à priver dans les faits l'accès et l'utilisation de la forêt pour les activités de subsistances traditionnelles des populations locales, affectant ainsi la souveraineté alimentaire des populations. Des cas de menaces allant jusqu'à la torture ont été reportés par nos partenaires.

Les populations locales détiennent des connaissances fines des milieux qu'elles cultivent et dont elles dépendent sur le long terme.
Cela les rend bien plus compétentes et sensibles à l'enjeu de la gestion durable des territoires que des fonds financiers qui visent avant tout le profit à court terme et qui prennent des décisions depuis de lointains centres de pouvoir sans considération des populations locales.

COP 25 : notre action de plaidoyer pour faire avancer les politiques agricoles

Après des années de lutte, notamment des organisations issues de la société civile, nous avons obtenu la création d'un programme de travail sur le sujet lors de la COP23 (programme de travail de Koronivia).

Le CCFD-Terre Solidaire continuera de s'impliquer au sein de ce programme lors de la COP 25 qui aura lieu du 2 au 13 décembre à Madrid, en Espagne. 3 sujets seront en débat :

1. La question des engrais de synthèse, débattue lors d'un atelier.

2. Les enjeux de la séquestration du carbone dans les sols et de l'adaptation au changement climatique. Ces sujets ont été débattus lors de l'intersession de Bonn en juin 2019 et ont donné lieu à deux rapports qui seront discutés pour tenter d'en faire ressortir des lignes directrices.

En ligne de fonds, c'est la question de la pérennité et du rôle de cet espace de travail qui se joue, dont l'avenir doit être discuté à la COP 26 en 2020. Nous nous battons pour qu'il ne stagne pas comme espace de discussion mais devienne un véritable guide pour les politiques agricoles dans le contexte de la crise climatique.

Suivez les négociations de la COP 25 sur Twitter avec Manon Castagné, chargée de plaidoyer au CCFD-Terre Solidaire qui sera à Madrid

Partout dans le monde, les organisations paysannes que nous soutenons montrent qu'il est possible de faire une agriculture respectueuse de l'humain et de l'environnement.
Accorder l'humain et la planète, les initiatives qui marchent (carte interactive)


Offre d'emploi : Assistant.e support base de données (F/H)

Acteur historique du changement dans plus de 60 pays, le CCFD-Terre Solidaire agit contre toutes les formes d'injustices. Nous œuvrons pour que chacun voie ses droits fondamentaux respectés : manger à sa faim, vivre dignement de son travail, habiter dans un environnement sain, choisir là où construire sa vie…

Un monde plus juste et plus fraternel est déjà en action, car chacun porte en lui une force de changement. Notre engagement pour plus de justice et de solidarité prend racine dans la pensée sociale de l'Église. Par notre action individuelle et collective, nous proposons et soutenons des solutions politiques et de terrain.

+ de 400 organisations partenaires
700 projets internationaux dans 63 pays
15 000 bénévoles

2,2 millions de bénéficiaires

CONTEXTE

Le CCFD-Terre Solidaire s'est doté d'une nouvelle base de données, Challenge. Le première partie, dédiée au réseau bénévole (14000 personnes) est opérationnelle depuis octobre 2019. Après une période de formation de base des utilisateurs, le CCFD-Terre Solidaire renforce ses équipes pour poursuivre l'accompagnement des bénévoles et salariés dans leur utilisation de l'outil, et garantir et exploiter la base.

MISSIONS

Sous la responsabilité de la Responsable du service développement du bénévolat, il/elle accompagne les bénévoles et salarié.e.s dans leur utilisation de la nouvelle base de données Challenge et assure la gestion de la base au service du développement du bénévolat.

ACTIVITES PRINCIPALES

Gérer et coordonner les utilisateurs.trices de la base de données Challenge
• Gérer les données utilisateurs (droits d'accès, création de nouveaux accès lors d'un remplacement, d'une absence ou de la fin de bénévolat/mission salariée)
• Soutenir les utilisateurs Challenge (hotline) en appui aux Accompagnateurs Administratifs et Financiers qui sont le premier niveau d'interlocution pour le réseau
• Organiser la formation des utilisateurs bénévoles et salariés de Challenge
• Animer le réseau des utilisateurs par téléphone et par l'animation du groupe La Place (intranet destiné à la communication à destination des bénévoles) : informer sur l'outil et ses nouveautés, favoriser les échanges, communiquer sur les bonnes pratiques, faire remonter les difficultés, etc

Maintenir l'intégrité de la base
• Veiller et rappeler les mises à jour à effectuer (coordonnées, activités bénévoles, évènements : formation, immersions, etc.)
• Réaliser des mises à jour concernant les bénévoles en réseaux thématiques et commissions ; réaliser des mises à jour concernant les évènements nationaux
• Garantir l'enregistrement des mandats

Réaliser des opérations d'extraction et traitement de données
• Extraire des fichiers contacts pour les envois de communication interne (mailing et e-mailing), en lien avec la chargée de communication interne
• Réaliser des rapports statistiques visant à mieux connaitre le réseau et son évolution pour adapter les stratégies d'appel, d'accueil et de formation au niveau national et par région, en lien avec la chargée de mission vie associative et les équipes régionales bénévoles et salariées

Appuyer techniquement l'équipe Challenge sur les évolutions de la base de données bénévoles en cours
• Réaliser la campagne de mise en conformité RGPD
• Coordonner le projet d'interface Challenge – La Place
• Créer les accès La Place à tous les bénévoles enregistrés sur la base de données

Mission secondaire :
• A l'issue du contrat, assurer la capitalisation et la passation des dossiers

Des déplacements fréquents en région sont à prévoir.

PROFIL ATTENDU
• Adhésion au projet et aux valeurs du CCFD-Terre Solidaire
• Expérience en gestion de base de données
• Maîtrise des outils bureautiques : Word, Excel, Power Point, messagerie.
• Capacités relationnelles et d'adaptabilité à des publics d'utilisateurs divers (salariés, bénévoles)
• Capacité à travailler en équipe, en interdirectionnel
• Pédagogue et à l'écoute
• Bonne expression orale et écrite
• Connaissance du milieu associatif et travail avec des bénévoles serait un plus
• Expérience CRM serait un plus

CONTRAT

Il s'agit d'un poste en contrat à durée déterminée de 6 mois à temps plein. L'emploi sera localisé à Paris, 4 rue Jean Lantier, 75001, au siège de l'association.

Rémunération brute annuelle : 30.5K€ (sur 13 mois). Statut employé. Mutuelle. Titres repas.

Le poste est à pourvoir début janvier 2020.

Les candidatures sont à adresser sous la référence 801, au plus tard le 8 décembre 2019 à l'adresse suivante : ccfd-669052@cvmail.com

Le CCFD-Terre Solidaire se garde le droit d'entériner le processus avant la date indiquée. Toute personne envoyant un dossier de candidature recevra une réponse, merci de ne pas appeler.


CP - Transparence fiscale des multinationales : Un rendez-vous majeur pour une directive européenne

Ce jeudi 28 novembre, les ministres de l'Economie de l'Union Européenne se prononceront sur la directive pour la transparence fiscale des grandes entreprises dites « reporting pays par pays public », en réunion de « Conseil Compétitivité ». Un vote positif des ministres ouvrirait enfin les négociations en « trilogue » entre le Parlement, la Commission et le Conseil en vue de l'adoption au niveau européen de cette mesure indispensable pour lutter contre l'évasion fiscale. Le CCFD-Terre Solidaire appelle la France à être exemplaire lors de cette réunion et à défendre une mesure ambitieuse.

Le reporting pays par pays est une mesure simple de transparence, qui obligerait les grandes entreprises multinationales à publier chaque année un certain nombre d'informations sur leurs activités et les impôts qu'elles payent dans tous les pays où elles opèrent. Cela permettrait aux ONG, aux journalistes et aux citoyens et citoyennes dans leur ensemble de savoir si les entreprises payent des impôts qui correspondent à la réalité de leurs activités. Cela aurait un effet dissuasif sur les pratiques de transferts de bénéfices des grandes entreprises multinationales.

Alors que la transparence existe pour les banques européennes, une directive est en négociations depuis 2016 pour étendre cette mesure à tous les secteurs d'activités. Après une proposition de directive de la Commission en 2016, et le vote du Parlement en 2017, les attentes sont concentrées depuis 3 ans sur le Conseil, qui doit prendre position pour que les négociations en trilogue puissent commencer. La réunion de jeudi 28 novembre est une opportunité majeure pour que les travaux puissent avancer. La position adoptée par le Conseil doit être suffisamment ambitieuse pour que cette mesure soit réellement efficace : la mesure de transparence doit couvrir tous les pays, et sans possibilité de non-divulgation d'information.

« Après les nombreux scandales qui ont révélé les pratiques d'évasion fiscale des multinationales, il n'est pas normal que les citoyens et citoyennes n'aient pas accès aux informations basiques pour savoir si les entreprises paient leur juste part d'impôt. Après trois ans de blocage, le Conseil pourrait enfin avancer dès ce jeudi. Nous demandons instamment à la France de défendre une mesure ambitieuse et complète. Face à l'évasion fiscale, place aux actes ! » déclare Lison Rehbinder, chargée de plaidoyer au CCFD-Terre Solidaire.

Notes aux rédactions :

- Notre chargée de plaidoyer Lison Rehbinder sera présente à l'action d'interpellation qui aura lieu devant les bâtiments du Conseil jeudi 28/11.

- En avril 2016, la Commission a présenté un texte de directive sur le reporting pays par pays public des grandes entreprises multinationales, ayant un chiffre d'affaires supérieur à 750 millions d'euros. Le spectre géographique du texte proposé est cependant très restreint, ce qui remettrait en cause l'efficacité même de la mesure : les entreprises publieraient les informations que pour les pays de l'Union Européenne et ceux de la liste noire de paradis fiscaux européenne.
Reporting pays par pays : la proposition lacunaire de la Commission européenne (2016)

- En juillet 2017, le Parlement européen a voté sa position sur le texte : le spectre géographique est élargi à tous les pays, mais les député-e-s ont introduit une clause de non divulgation qui permettrait aux entreprises de ne pas révéler certaines informations clés, ce qui amoindrirait la mesure.

- Les ministres réuni-e-s en « Conseil Compétitivité » vont procéder à un vote à la majorité qualifiée, retransmis en ligne en direct.

- Le CCFD – Terre Solidaire avait déjà participé à l'analyse des données publiées par les plus grandes banques françaises en 2014 et en 2016.

CONTACT PRESSE
Louis Moreau l.moreau@ccfd-terresolidaire.org - 06 66 12 33 02
Lison Rehbinder l.rehbinder@ccfd-terresolidaire.org - 07 61 70 92 51


Offre à Nantes : Éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale (ECSI) pour le grand public

Le service civique, créé par la loi du 10 mars 2010, offre aux jeunes l'opportunité d'assurer une mission d'intérêt général auprès d'une association ou d'une collectivité locale agréée pour une durée de 6 à 12 mois. Acteur historique du changement dans plus de 60 pays, le CCFD-Terre Solidaire agit contre toutes les formes d'injustices. Nous œuvrons pour que chacun voie ses droits fondamentaux respectés : manger à sa faim, vivre dignement de son travail, habiter dans un environnement sain, choisir là où construire sa vie…

Un monde plus juste et plus fraternel est déjà en action, car chacun porte en lui une force de changement. Notre engagement pour plus de justice et de solidarité prend racine dans la pensée sociale de l'Église. Par notre action individuelle et collective, nous proposons et soutenons des solutions politiques et de terrain.

+ de 400 organisations partenaires 700 projets internationaux dans 63 pays
15 000 bénévoles 2,2 millions de bénéficiaires

Pour en savoir plus : http://ccfd-terresolidaire.org/

Nous vous proposons aujourd'hui de vivre un temps fort d'engagement personnel, de découvrir la solidarité internationale à travers une expérience auprès d'un réseau de militants en France, et de développer des compétences, en mettant votre dynamisme, votre motivation et une partie de votre temps au service d'un projet d'intérêt général.

THÈMES

  • Développement International et action humanitaire.

DESCRIPTION DE LA MISSION

Le CCFD-Terre Solidaire recherche deux personnes motivées pour s'engager sur la mission suivante :

  • Participer aux animations d'Éducation à la citoyenneté et solidarité internationale au sein d'un lieu d'accueil grand public (Espace Solidaire) situé en centre-ville de Nantes https://www.facebook.com/EspaceSolidaire44/

Les missions de chaque volontaire seront définies et précisées en concertation avec l'engagé(e) en fonction de ses motivations et de ses compétences.

Activité(s) principale(s)

En collaboration avec une équipe de bénévoles du CCFD-Terre Solidaire :

  • Réfléchir et proposer une organisation dans le cadre des « mois thématiques » dans le local « Espace Solidaire » (proposer des thèmes, des supports pédagogiques, co-organiser des soirées conférences ou ciné-débat, etc. afin d'attirer un large public.)
  • Participer à la vie de l'Espace pour accueillir le public, le sensibiliser à la solidarité internationale (participer à des permanences, à des « cafés solidaires », à des soirées, à des animations)
  • Participer à la vie de l'Espace en termes organisationnels : communication interne des équipes impliquées dans l'Espace, formation des bénévoles d'accueil aux outils en ligne de fonctionnement de l'Espace
  • Rechercher des partenariats avec d'autres acteurs : associations membres du CCFD-Terre Solidaire, étudiants, maisons de quartier, collèges – lycées etc…

Activité(s) secondaire(s)

Elles seront décidées avec les engagé-e-s eux/elles-mêmes, en fonction des motivations et compétences des engagé-e-s sélectionné-e-s.

  • Se former et enrichir ses compétences et expériences en lien avec la solidarité internationale
  • Participer aux formations organisées par le CCFD-Terre Solidaire
  • Participer aux temps forts régionaux et départementaux de l'association

CONDITIONS DE LA MISSION

Lieu : Cette mission sera basée à NANTES, à l'Espace Solidaire, 17 rue du Moulin.

Durée : L'engagement est pour une durée de 8 mois, à raison de 24 heures par semaine. En cas d'impératif personnel, cette durée peut être réduite.

Date de début : décembre 2019

CAPACITES REQUISES POUR LA MISSION

  • Aisance relationnelle
  • Notions en techniques d'animation
  • Notions de bureautique
  • Capacité d'écoute et d'adaptation à des interlocuteurs multiples
  • Etre en mesure de mener des recherches à partir d'internet
  • Aisance dans la communication orale
  • Capacité à travailler en équipe
  • Bonne connaissance des réseaux sociaux
  • Sens de la pédagogie
  • Capacité à travailler avec des jeunes, des jeunes adultes et dans un contexte intergénérationnel

Pré-requis :

  • Avoir entre 18 et 25 ans.
  • Etre motivé(e) pour s'engager dans une mission en faveur de la collectivité.
  • Etre domicilié(e) dans la région.
  • Etre disponible pour des déplacements occasionnels sur la région.
  • Etre disponible pour des activités occasionnelles en soirées et week-end.
  • Posséder la nationalité d'un état membre de l'Union Européenne ou détenir un titre de séjour régulier en France effectif depuis plus d'un an ou un titre de séjour régulier en France effectif sans condition de durée si vous possédez le statut d'étudiant étranger, de réfugié ou si vous êtes bénéficiaire de la protection subsidiaire.

ACCOMPAGNEMENT

L'engagé(e) devra participer aux formations "Engagement de Service Civique", qui se dérouleront à Paris en 3 sessions de deux jours, en décembre, mars et juin. Aucun frais de formation ne sera imputable à l'engagé(e).
D'autres formations pourront leur être proposées (formations d'éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale, participation à des groupes de travail, immersions, animations...).

L'engagé(e) bénéficiera d'un accompagnement d'un tuteur pour son projet personnel, et d'un référent pour le suivi du projet de sa mission.

Tuteur : Julie Marchand (Chargée de Développement Associatif)

Référent(s) Projet(s) : Marie-Claire EON & Françoise HOERTER, membres de la délégation CCFD-Terre Solidaire 44

Moyens matériels :

Les engagé(e)s auront à leur disposition un ordinateur, un téléphone, et le matériel de bureau nécessaire au bon déroulement de leur mission. Les communications téléphoniques passées au service de la mission depuis un téléphone mobile personnel seront prises en charge sur justificatif, à hauteur d'un plafond mensuel.

MODALITÉS D'ENGAGEMENT

La mission implique un temps d'engagement hebdomadaire de 24 heures (sur trois jours).
L'engagé/e percevra mensuellement :

  • Une indemnité de 473.04 € nets versée par l'Agence du Service Civique ;
  • Majorée de 107,68 € nets pour les jeunes bénéficiaires ou appartenant à un foyer bénéficiaire du revenu de solidarité active (RSA), ou titulaire d'une bourse de l'enseignement supérieur au titre du 5e échelon ou au-delà ;
  • Une indemnité de 107,59 € nets versée par le CCFD-Terre Solidaire (frais de repas et de transport),
  • Le remboursement des dépenses engagées par l'engagé(e) pour l'accomplissement de sa mission sur présentation de justificatifs.
  • 13 tickets restaurant par mois d'une valeur de 5.60€
    Les volontaires en Service Civique bénéficient d'une protection sociale intégrale.

Cet engagement est cumulable avec un statut étudiant ou salarié. Pour plus d'informations sur l'engagement de service civique : www.service-civique.gouv.fr

Pour postuler :

Si cette mission vous intéresse, merci d'envoyer votre candidature par mail avant le 15/12/2019 à Julie MARCHAND j.marchand@ccfd-terresolidaire.org, Marie-Claire EON mcjf.eon@free.fr & Françoise HOERTER lesplanchettes@cegetel.net

Merci de ne pas appeler, toute personne qui propose un engagement aura une réponse sous 2 à 7 semaines.


Un an après le séisme en Indonésie : votre don en action (vidéo)

Le 28 septembre 2018, un puissant séisme, suivi d'un tsunami, frappait l'île de Sulawesi. On compte 3400 morts et 5000 disparus.
Pour soutenir nos partenaires locaux Kiara et KPA, qui travaillent avec les communautés paysannes et de pêcheurs fortement touchées sur place, le CCFD-Terre Solidaire lançait un appel à la solidarité. Vous avez été nombreux à répondre, et nous avons collecté ainsi 250 000€. Un an après, nous vous renouvelons nos remerciements et rendons compte de l'utilisation de ces fonds pour l'urgence et la reconstruction.

Une île dévastée

Le vendredi 28 septembre 2018, un séisme de puissance 7.4 sur l'échelle de Richter et plusieurs répliques frappent le centre de l'île de Sulawesi. Les secousses sismiques et le tsunami qui s'en suit dévastent plusieurs districts de l'île. Le bilan officiel fait état de 3400 morts, 5000 disparus et plus de 70 000 réfugiés.

Près de 70 000 maisons sont détruites. 7000 pirogues sont aussi perdues, limitant grandement la capacité des populations à se reconstruire.
Par ailleurs 470 hectares de terres liquéfiés -saturées en eau salée-, ne peuvent plus supporter de constructions et sont rendues impropres à l'agriculture. Les images de désolation sont saisissantes.

La générosité des donateurs au rendez-vous

Dès les premiers jours après le sinistre, nos organisations partenaires locales Kiara et KPA, pourtant elles-mêmes meurtries, interviennent auprès des victimes à Palu mais aussi dans les terres à Sigi et jusqu'à Makassar, la capitale du Sulawesi, au sud.
Pour les soutenir face à l'urgence, mais aussi pour envisager la reconstruction, le CCFD-Terre Solidaire lance un appel à la solidarité auprès de ses donateurs. Appel entendu, en quelques jours, 250 000€ sont collectés !

Répondre à l'urgence

Très vite, KPA s'est attelé à établir 6 centres d'aide et de distribution de vivres et de biens de première nécessité, tous équipés de cuisines publiques. Ils distribuent du riz, des vêtements, des produits sanitaires.
Une aide psychologique est dispensée, notamment aux enfants.
300 familles sont directement soutenues par KPA au travers de ses actions d'urgence.

Kiara, qui travaille avec les communautés de pêcheurs, intervient plus précisément dans la zone de Palu, notamment auprès des villages de pêcheurs submergés par le tsunami. Notre partenaire a activement participé à la distribution de denrées alimentaires de base (riz, huile) à plus de 3 000 femmes, et plus de 3 000 hommes, 2.300 enfants et pris en charge l'aide psychologique auprès de 200 enfants traumatisés.

Construire l'avenir avec les populations

Grâce, entre autres, au soutien du CCFD-Terre Solidaire et à la générosité de ses donateurs, Kiara et KPA se sont lancés dès que possible dans l'après, dans la reconstruction.
Fortes de leur base populaire, de pêcheurs et de paysans, les deux organisations militent auprès des instances politiques en faveur d'un autre modèle de développement, plus respectueux de l'environnement et des hommes.

L'aménagement côtier est l'un des enjeux essentiels. Que ce soit pour le tourisme ou pour multiplier les carrières de graviers, la mangrove qui entourait la baie de Palu a été défrichée avant la catastrophe. Or elle jouait le rôle de « casseur de vagues » naturel et de nurserie pour les ressources halieutiques.
Pour préserver la côte, les partenaires s'appuient notamment sur la revitalisation de la connaissance ancestrale locale (le « tutur ») sur les catastrophes naturelles, dont les tsunamis, qui vient nourrir la construction d'une cartographie des risques.
Kiara et KPA participent également directement à la replantation de la mangrove.
Enfin ils aident les les pécheurs qui ont perdu leur bateau à trouver des moyens pour en reconstruire et mènent un plaidoyer ardent auprès de l'État indonésien pour que les besoins des populations locales soient au cœur de l'action publique.

Pour en savoir plus sur l'Indonésie et notre action dans ce pays

sujet : Indonésie

Offre de stage : Capitalisation des méthodologies de suivi indépendant des conversions de dettes en Afrique

CONTEXTE :
La Plateforme française Dette & Développement (PFDD), qui regroupe une trentaine d'organisations de la société civile française, met en œuvre un projet de renforcement de la mobilisation des sociétés civiles pour le suivi des contrats de désendettement et de développement (contrats de conversion de dette) au Cameroun, en Côte d'Ivoire, au Congo, en Guinée et en RDC.
La PFDD accompagne le renforcement mutuel de la structuration des sociétés civiles, de leurs méthodologies de suivi, de leur expertise et de leurs capacités d'analyse, afin qu'elles jouent pleinement leur rôle dans le suivi indépendant des politiques publiques dans les pays. L'un des axes de cet accompagnement porte plus spécifiquement sur la capitalisation des méthodologies concrètes de suivi des projets financés par ces conversions de dettes, dans l'objectif d'identifier, valoriser et améliorer les pratiques.

OBJECTIFS DU STAGE :
Encadré-e par la Coordinatrice de la Plateforme Dette et Développement, le ou la stagiaire travaillera sur l'animation de l'exercice de capitalisation des méthodologies de suivi indépendant. Il ou elle aura notamment pour missions d'appuyer la PFDD sur les points suivants :

  • Formalisation des objectifs de la capitalisation eu égard aux attentes des différents acteurs impliqués ;
  • Définition d'une méthodologie de capitalisation ;
  • Elaboration d'une revue documentaire sur les méthodologies du suivi indépendant des C2D ;
  • Entretiens à distance avec un échantillonnage d'acteurs impliqués dans le suivi indépendant en Afrique ;
  • Analyse des données et réponses collectées et leur restitution ;
  • Elaboration de fiches de capitalisation ;
  • Construction et Animation d'un atelier international d'échange sur les méthodologies de suivi indépendant, qui se tiendra au Congo, en présence de représentant-e-s des cinq plateformes dette des pays concernés ;
  • Rédaction du rapport de l'atelier.

ÉTAPES OU POINTS FORTS DE L'ÉTUDE :
Les missions confié-e-s au ou à la stagiaire lui offriront la possibilité de :

  • travailler en lien avec une grande diversité d'acteurs de la société civile (ONG et syndicats membres de la PFDD ; organisations membres des plateformes camerounaise, ivoirienne, congolaise, guinéenne et de RDC) ;
  • participer à un exercice de capitalisation pensé ici comme outil d'animation et d'apprentissage ;
  • mettre à profit et développer à la fois ses connaissances techniques (recherche ; mise en forme ; entretien ; enquête etc.) et son expertise sur la dette, le développement et le financement du développement.
  • partir sur le terrain pour une mission d'une semaine environ, au Congo, pour participer à l'atelier d'échange sur les méthodologies du suivi indépendant.

LIEUX DU STAGE :
A Paris, Siège du CCFD-Terre Solidaire. Un déplacement d'une semaine environ au Congo est à prévoir en cours de stage.

DURÉE ET PÉRIODE SOUHAITÉES :
Stage de 6 mois, du 2 janvier 2020 au 30 juin 2020.

PROFIL SOUHAITÉ :

  • Stage obligatoirement intégré à un cursus pédagogique (Convention de stage obligatoire)
  • Étudiant-e à Sciences Po ; en économie ou développement.
  • Bonnes qualités rédactionnelles ;
  • Bonnes qualités relationnelles ;
  • Maîtrise des outils Internet, pack Office.
  • Force de proposition, esprit d'initiative, rigueur, dynamisme.

RESPONSABLE DU STAGE :
Coordinatrice de la Plateforme Française Dette & Développement (Direction du plaidoyer du CCFD-Terre Solidaire)

CONDITIONS D'ACCUEIL DES ETUDIANT.E.S :

  • Stages au siège du CCFD : l'étudiant-e bénéficie du remboursement de 50% de son titre de transport Paris/IDF et peut bénéficier de tickets-repas moyennant contribution à hauteur de 40%.
  • Les stagiaires reçoivent une gratification selon le montant légal fixé au 1er Janvier 2018.
  • L'ensemble des frais de mission pour le déplacement à l'étranger seront pris en charge.
  • Assurance : l'étudiant-e bénéficie de l'assurance du CCFD-Terre Solidaire.

CONTACT AU CCFD–Terre Solidaire :
Françoise BEUCHER - Responsable des stages
Courriel : f.beucher@ccfd-terresolidaire.org - Lettre de motivations et CV en pièces attachées
Tél : 01 44 82 81 83

DATE LIMITE DE DEPÔT DES CANDIDATURES : 2 décembre 2019
(Il est attendu que la date prévue pour le début du stage soit respectée – Merci.)


Sites

Réalisé avec SPIP Contacter : Le webmaster , Informations paroissiales

Plan du site

- mis à jour le : mercredi 11 décembre 2019 -